Esthétique et fonctionnalité

Le designer industriel Beat Karrer est un fidèle client de l'IPI auprès duquel il obtient des attestations officielles pour ses idées créatives.

  

En Suisse, 500 000 produits au moins – étoffes, montres, bijoux, mais aussi meubles haut de gamme et machines à café – sont protégés par un design.

Des biens de consommation, Beat Karrer en dessine lui aussi. Par exemple des meubles. Mais il est avant tout un designer industriel, d'ailleurs l'un des plus réputés d'Europe. Son atelier, qu'il appelle « The Lab », se trouve à Zurich dans le Kreis 4. Karrer se définit lui-même comme un prestataire de services pour des entreprises industrielles innovantes.

« Les ingénieurs sont souvent prisonniers de leur pensée cloisonnée », constate Karrer. C'est pourquoi il n'est pas rare qu'un chef d'entreprise fasse appel à un designer indépendant au cours du processus d'innovation. Celui-ci a pour tâche d'intégrer les avancées techniques dans un produit de sorte à allier fonctionnel et esthétique.

 

En nous faisant faire le tour de son « Lab », Beat Karrer nous présente un luminaire pour la publicité extérieure. Confronté à une nouvelle technologique LED, son client avait besoin d'un boîtier qui dissipe le plus possible la chaleur afin que les nouvelles diodes lumineuses puissent atteindre leur durée de fonctionnement maximale. Beat Karrer a l'idée d'incliner les lamelles de refroidissement en direction de celui qui regarde le panneau. Sa solution a l'avantage d'accroître la surface de dissipation de la chaleur du boîtier de 40 % tout en focalisant le regard sur l'affiche illuminée.

« En tant que designer industriel, j'agis un peu comme un conseil en entreprise», nous explique ce menuisier de formation de 46 ans. Son regard extérieur lui permet de casser des schémas de pensée. Mais à la différence du consultant, Beat Karrer a la possibilité de faire protéger ses créations par un design.

  

Une option avantageuse pour tout le monde. Pour les clients, tout d'abord, parce qu'ils attachent une grande importance au dépôt des dessins et des modèles, qui leur confèrent une protection contre les imitations. Pour le designer, ensuite, parce qu'il se voit délivrer une attestation officielle pour sa prestation de création, lui qui tire l'intégralité ou une partie de son revenu des redevances de licence. En déposant un design auprès de l'IPI, le designer dispose en effet d'une base de négociation solide pour conclure des contrats de licence.

Ceux-ci comportent en général, outre un versement anticipé unique, le paiement de redevances en fonction du chiffre d'affaires. « En tant que designer industriel indépendant, je dépends du succès commercial de mes idées », remarque en toute impassibilité Karrer, lequel est conscient des risques inhérents à une participation au chiffre d'affaires. « En contrepartie, je suis libre dans le choix de mes projets.»

  
  
Les informations sur ce site vous ont-elles été utiles?

Les informations sur ce site vous ont-elles été utiles?*