Design suisse de Rikon

La réponse de Tobias Gerfin, le PDG de Kuhn Rikon, à la nouvelle législation « Swissness » : deux marques au lieu d'une.

 
 

« Une plus grande sécurité juridique régnera à partir de 2017, ce qui répond à nos préoccupations », déclare Tobias Gerfin en parlant de la nouvelle législation « Swissness ». Afin de comprendre ce que le PDG de Kuhn Rikon, 51 ans, entend par là, il faut savoir que l'usage de la croix suisse à des fins commerciales était officiellement interdit jusqu'à la fin 2016.
Comme des milliers d'autres entreprises suisses, Kuhn Rikon faisait fi de cette réglementation. « Nous nous accommodions de certains risques juridiques », dit Gerfin.
C'est notamment grâce au lancement, en 1949, de l'autocuiseur Duromatic que la société sise dans la commune de Rikon, dans la vallée de la Töss, a accédé à la notoriété. Tout comme la sauteuse Durotherm, celui-ci est fabriqué au siège principal de l'entreprise.
En plus de ces deux produits de fabrication propre, Kuhn Rikon commercialise quelque 800 autres articles qu'elle achète principalement à des fabricants étrangers : hachoirs, presse-ail, couteaux et ouvre-boîtes pour n'en citer que quelques-uns.

 

Tobias Gerfin sait que cette seconde catégorie de produits ne remplit pas les nouveaux critères légaux minimaux de provenance suisse. En effet, selon la nouvelle réglementation « Swissness », un produit industriel ne peut être muni de la croix suisse ou d'une indication de provenance suisse que si 60 % au minimum de son coût de revient et une étape essentielle de fabrication ont été réalisés en Suisse.
Or, dans les pays comme la Chine, les produits d'une PME suisse peinent à s'imposer s'ils n'arborent pas une indication de provenance. A la recherche de solutions, Tobias Gerfin en trouve une dans l'art. 47, al. 3ter, de la loi révisée sur la protection des marques.
Selon cette disposition, les indications relatives à la recherche, au design ou à d'autres activités spécifiques en rapport avec le produit peuvent être utilisées, même si le produit ne remplit pas les critères généraux régissant l'utilisation des indications de provenance suisses.

« Sur la base de cette disposition, nous avons opté pour la création d'une seconde marque », nous explique Tobias Gerfin. En plus de la marque faîtière bien connue (logo de gauche) utilisée pour les produits fabriqués en Suisse, Kuhn Rikon en dispose désormais d'une seconde pour les produits qui sont uniquement conçus et développés en Suisse.
Cette seconde marque se présente comme suit : un carré rouge avec le nom de la société écrit en blanc et au-dessous la mention « swiss design ». Elle peut être, selon les cas, accompagnée d'une chaîne de montage stylisée.

 
 
Les informations sur ce site vous ont-elles été utiles?

Les informations sur ce site vous ont-elles été utiles?*

 

Offres d’emploi

 

Offres d’emploi