La croix et le logo

Aucune réduction sur Internet ou comment Thomas Heinrich, fondateur de bestswiss.ch, a trouvé le logo de sa marque.

 

Thomas Heinrich, alors responsable marketing et vente dans une entreprise, avait une idée : développer une marque ombrelle pour les spécialités régionales suisses dans les domaines du style, du luxe et du design. Nom du projet : « Heidi: best of Switzerland ».

Il dépose ce nom comme marque verbale auprès de l’Institut fédéral de la Propriété Intellectuelle (IPI) et croit avoir ainsi réglé la question. Il n’en est rien. Il reçoit des douzaines de lettres, notamment un courrier d’une organisation touristique dans les Grisons qui lui fixe un délai de retrait sous peine de le traduire devant les tribunaux.

Thomas Heinrich reconnaît avoir bêtement laissé passer ce délai. Résultat : le litige a duré quatre ans et a été porté jusqu’au Tribunal administratif fédéral.

Ne voulant pas attendre la décision des juges de St-Gall, il ouvre une plateforme en ligne sous le nom de bestswiss.ch et cherche de nouveau à protéger sa propriété intellectuelle.

 
 

Selon les premières vérifications de l’IPI, le nom est trop descriptif pour une marque verbale. Thomas Heinrich développe donc un logo contenant le nom et une croix suisse dans un cercle doré et requiert sa protection en tant que marque combinée (éléments verbal et figuré combinés).

Cette fois, l’IPI relève une composition graphique insuffisante, mais mentionne la possibilité de pallier à ce manque par un élément supplémentaire. C’est finalement en octobre 2010 que Thomas Heinrich réussit à déposer sa marque, encore en vigueur actuellement; elle se compose du logo, de la croix et du complément : « Das Beste aus der Schweiz ».   
 
Depuis, avec son associée Anita Di Domenico, il a fait de bestswiss.ch une adresse web leader pour les produits lifestyle suisses. Le site présente actuellement près de 200 fournisseurs et 500 articles; la liste des fournisseurs va de la fabrique de chocolat lucernoise Aeschach au fabricant de skis grisons Zai.

Le conflit porté devant le Tribunal administratif fédéral s’est finalement bien terminé : Thomas Heinrich peut à nouveau utiliser la marque « Heidi: best of Switzerland ». Il ne sait pas encore ce qu’il va en faire : « Peut-être que nous allons l’employer pour développer la dimension internationale de la plateforme. »

 
 
Les informations sur ce site vous ont-elles été utiles?

Les informations sur ce site vous ont-elles été utiles?*

 

Offres d’emploi

 

Offres d’emploi