Solutions de coulissement haut de gamme

Pourquoi la société thurgovienne EKU mise-t-elle sur une protection globale de sa PI ? Pour assurer ses arrières en termes de marketing et de distribution.

  

Des ferrures, on en voit sur des portes, des fenêtres et des meubles. Sans ces pièces, il serait impossible de coulisser des tiroirs ou de faire pivoter des fenêtres. Rien qu'en Europe, les ventes annuelles de ferrures dépassent les 200 millions de francs.

 

La production de masse destinée surtout aux meubles fabriqués en série provient de Chine. Mais dans le segment du mobilier de grand standing, ce sont les Européens qui caracolent en tête. Le meilleur fournisseur de ferrures de coulissement utilisées dans le mobilier de maison et de cuisine de qualité supérieure est la société EKU AG sise à Sirnach en Thurgovie.

La recette de sa réussite réside dans une haute création de valeur à l'interne. Toutes les pièces, qu'elles soient découpées ou pliées, sont fabriquées à Sirnach, où s'effectue également le montage des ferrures. « Cette politique nous permet de garantir l'excellence en matière de qualité et de maintenir notre force d'innovation », déclare le PDG de la société, Heinz Schmidhauser.

EKU investit bon an mal an quelque trois millions de francs dans le but d'optimiser sa gamme de produits, qui englobe actuellement un bon millier d'articles. Dès qu'une idée s'avère suffisamment innovante, elle est protégée par le dépôt de brevets ou l'enregistrement de designs et, parfois aussi, de marques.

« Cette protection globale de la PI est la clé de voûte de notre marketing », explique M. Schmidhauser. En effet, la vente de ferrures de qualité aux menuiseries et aux entreprises de construction se fait par le biais du commerce spécialisé. Il est important d'éviter toutes querelles juridiques autour de produits et de leur désignation, car elles soulèveraient de grands remous dans les canaux de distribution.

  

EKU investit quelque 100 000 francs annuellement dans la gestion de sa PI. Ce montant couvre les frais d'enregistrement des titres de protection, les veilles et les moyens juridiques mis en œuvre pour la défense des droits dans les principaux marchés d'écoulement européens.

Il serait bien évidemment souhaitable de mettre en place une protection efficace de la propriété intellectuelle en dehors de l'Europe. Notamment en Chine où des fabricants s'inspirent indûment des titres de protection de tiers pour produire des copies bon marché qu'ils vendent ensuite à des fabricants de meubles chinois, lesquels exportent leurs marchandises en Europe.
 
« Une PME comme la nôtre n'a tout simplement pas les moyens financiers d'éradiquer le mal à la racine », dit M. Schmidhauser. C'est pourquoi EKU recourt aux veilles d'importations de meubles, une solution qui revient moins cher. Toute découverte de contrefaçons des produits fabriqués à Sirnach est signalée au conseil en brevets de M. Schmidhauser. Celui-ci envoie un avertissement à l'importateur, qui soit retire son produit du marché, soit commande, à l'avenir, des ferrures chez EKU. « A notre échelle, le but est atteint », conclut Heinz Schmidhauser.

  
  
Les informations sur ce site vous ont-elles été utiles?

Les informations sur ce site vous ont-elles été utiles?*