|

Reconnaissance précoce de tendances : comment les données brevets profitent-elles aux PME ?

Les PME misent de plus en plus sur la business intelligence, c'est-à-dire l'analyse et l'exploitation de leurs données commerciales, généralement à l'aide de solutions logicielles. Les conclusions servent de bases décisionnelles à des fins de marketing et de gestion.

Image symbolique
Photo de John Schnobrich, unsplash.com

Les PME ont en outre besoin de connaître le marché dans lequel elles évoluent afin de pouvoir réagir aussi judicieusement que possible à la concurrence, aux changements technologiques et à l’évolution du marché. Très souvent, ces informations (veilles et analyses du marché et de la concurrence) ne sont disponibles qu'à l'extérieur de l'entreprise. Elles permettent d'identifier de nouveaux concurrents et segments et de reconnaître des tendances actuelles. Or ces dernières ne sont généralement décelées que lorsqu'elles sont déjà bien établies sur le marché. Il serait donc idéal de pouvoir les identifier plus tôt, c'est-à-dire avant qu’elles ne se manifestent sur le marché. C'est là qu'entrent en jeu les informations que renferment les fascicules de brevets.

  

Les documents de brevets comme source d'information et détecteur de tendances

Les fascicules de brevets publiés regorgent d'informations précieuses. L’information brevets a recours à ces « bibliothèques de brevets ». Une PME peut utiliser les conclusions qui en ressortent comme une base décisionnelle dans la gestion stratégique. Les éléments de ces bibliothèques sont définis dans des accords internationaux et les lois nationales sur les brevets. En particulier, l'obligation de publier les demandes de brevets 18 mois après leur dépôt prévue par les conventions internationales permet un aperçu des technologies et des stratégies commerciales que l’on ne pourrait pas avoir à un stade si précoce en étudiant simplement le marché. Les données brevets sont collectées dans le monde entier, présentées de façon normalisée dans des bases de données spécialisées et puis rendues publiquement accessibles. Ces bibliothèques, qui contiennent plus de 120 millions de documents de brevets, renferment des données technologiques et commerciales précieuses.

  

Comment évalue-t-on un brevet ?

Pendant des décennies, on a tenté d'attribuer une valeur monétaire absolue aux différents brevets au moyen de calculs complexes. Bien que cette méthode fonctionne dans certains cas, elle s’avère plus difficilement applicable lorsqu’il s’agit d’évaluer des portefeuilles entiers. C’est pourquoi on a essayé de définir une valeur relative qui permette de mesurer le brevet par rapport à d'autres brevets dans le même secteur technologique. Bien que prometteuses pendant longtemps, ces approches n’ont pas su convaincre.

 

Les outils d'analyse récents et le développement de nouveaux indicateurs qualitatifs permettent aujourd'hui de présenter les informations suivantes : tendances technologiques, principaux axes d'innovation d’entreprises, de secteurs et de pays, leaders technologiques et leurs stratégies en termes de protection de leur propriété intellectuelle, positionnement technologique d’entreprises et évolution dans le temps, forces et faiblesses de portefeuilles de brevets, marchés privilégiés par les concurrents et bien plus encore. Ces évaluations qualitatives relatives fournissent aujourd'hui des résultats précis et parlants.

  

Extraction d'informations commerciales pertinentes

Pour analyser le comportement d’une entreprise sur les marchés à l’aide des brevets, il est impératif de définir aussi clairement possible le secteur technologique à examiner ainsi qu’éventuellement la région géographique ou l’entreprise avec toutes ses filiales. Un ensemble de brevets de base répondant à ces critères doit ensuite être compilé à partir des bases de données. En règle générale, il doit être suffisamment volumineux (au moins plusieurs milliers de documents) pour que des conclusions statistiquement pertinentes puissent être tirées.

 

Il ne s'agit pas d'analyser en détail les différents brevets, mais de réunir un ensemble de documents de brevets qui soit aussi pertinent que possible. C’est habituellement l'étape la plus complexe de l'analyse. Cet ensemble de documents peut ensuite être utilisé pour présenter des tendances et des faits, autrement dit pour apporter des réponses aux questions sous la forme de graphiques ou de tableaux.

  

Dispositifs mobiles connectés

Une analyse stratégique de brevets pour des dispositifs mobiles connectés permet de montrer comment les données brevets peuvent être exploitées. Qu'il s'agisse d'une application fitness, d'un bracelet connecté ou d'un podomètre, l'autotracking (suivi automatique) est un phénomène de mode et un marché important. Les graphiques pour ce type de dispositifs présentés ici ne sont qu'un exemple d'une analyse possible et n’offrent pas un examen approfondi de ce domaine technologique. Pour une analyse approfondie, l’ensemble de documents compilés devrait être défini plus précisément. Dans cet exemple, l'ensemble comprend 3720 familles de brevets actifs. Une famille est une collection de tous les brevets du monde pour la même invention et du même déposant. Une famille de brevets représente une invention, quel que soit le nombre de fascicules de brevets qu'elle contient. Le nombre de familles de brevets ne dit donc rien sur le nombre de brevets, mais seulement sur le nombre d’inventions protégées.

 

Voilà quelques-unes des possibilités d’analyse d’un secteur technologique, de concurrents et/ou d’une entreprise au moyen de données de brevets. Les données et les graphiques ont été traités à l’aide du logiciel Patentsight.

  
  
Ce graphique montre les dix sociétés détenant les plus grands portefeuilles de brevets actifs. Il en ressort que Philips n’est pas la société qui détient le plus grand portefeuille de brevets et qu’Apple (avec l'iPhone et l'Apple Watch), étonnamment, n’y figure pas.
  
  
On obtient une image différente lorsque ce n'est pas la taille du portefeuille qui est représentée, mais sa force, symbolisée par la part des brevets du portefeuille faisant partie des brevets de classe mondiale (les 10 % de brevets les plus performants).
  
  
Dans l’ensemble des données étudiées, Nike semble être leader, devant Apple et Fitbit, alors que Philips passe en milieu de terrain si l’on considère l'importance des portefeuilles de brevets.
  
  
La carte du monde montre la répartition géographique et la pertinence des inventions.
  
  
L'évolution de la taille des portefeuilles de brevets actifs des différentes sociétés (les sociétés sont-elles actives dans ce secteur aujourd'hui ou non ?) est également utile pour évaluer les activités de la concurrence. L’indicateur considéré est le nombre de demandes de brevets. Ici aussi, Philips se distingue avec un grand nombre d'activités récentes.
  
  
La compétitivité des portefeuilles des différentes sociétés peut également être représentée. On voit qu'Apple a été très compétitif pendant plusieurs années entre 2008 et 2015 (bien que la taille de son portefeuille semble indiquer autre chose), mais qu’aujourd’hui, la société de Cupertino se situe à peu près au même niveau que toutes les autres.

Le graphique suivant montre la force de blocage et la possibilité de blocage des autres sociétés vis-à-vis d'Apple. Autrement dit, il se peut qu’une entreprise détienne des brevets (clés) dans son portefeuille susceptible d’empêcher Apple de mettre ses innovations sur le marché. Inversement, les brevets d’Apple pourraient gêner d'autres entreprises d'entrer sur le marché (exposition, vulnérabilité). Ces éventualités sont mesurées par le nombre de citations de documents de concurrents dans les brevets d’Apple (blocage d'Apple par les concurrents, exposition) et le nombre de brevets d’Apple cités dans les brevets des concurrents (vulnérabilité/exposition des concurrents à Apple). Il s'avère qu'aujourd'hui Nike et Fitbit sont les principaux concurrents d'Apple (grandes possibilités de blocage d’Apple avec leurs brevets) et qu’Alphabet et Microsoft se caractérisent par une très grande volatilité à l’égard du portefeuille d'Apple.
  
  

Prestations de l'Institut Fédéral de la Propriété Intellectuelle (IPI)

Dans le cadre de son mandat fédéral, l’IPI effectue des recherches dans les bases de données brevets. La recherche assistée dure une demi-journée et coûte 300 francs. L'objectif est de trouver avec l'aide d'un expert en brevets, dans une base de données comptant plus de 100 millions de documents de brevets, les fascicules de brevets qui se rapprochent le plus de son invention pour en évaluer la nouveauté.

 

L’IPI propose aussi des compilations de données commerciales, comme décrit ci-dessus, pour les PME soutenues par des institutions de promotion de la recherche et de l'innovation avec lesquelles l'IPI a conclu un accord-cadre. Cette analyse contextuelle assistée de brevets coûte également 300 francs.

 

Ces analyses se limitent à un certain nombre d’évaluations ou de graphiques. Différents prestataires de services de recherche proposent des services de recherche et d'analyse avancés et sur mesure, notamment l’IPI sous le nom d’ip-search.

  

Explication de termes

Impact concurrentiel :

Cette valeur est calculée comme suit :

  • La pertinence technologique mesurée à l’aune du nombre de citations
  • pondérée en fonction de l'âge du brevet et de l'autorité de délivrance des citations
  • multipliée par la couverture de marché, c'est-à-dire le nombre de marchés couverts pondéré par la taille et l'importance.

 

Patent Asset Index :

La somme de tous les impacts concurrentiels d'un portefeuille.

 

Brevets de classe mondiale :

Brevets d'un portefeuille appartenant aux 10 % de brevets les plus performants au niveau mondial (impact concurrentiel)

retour

Partager