|

Une invention destinée à la gente féminine

Il y a quelques années, Jennifer West a eu une idée de produit et souhaite désormais savoir si elle peut la concrétiser. « Mon idée ne m’a plus lâchée », raconte l’inventeuse. Pour déterminer si son invention a une chance d’être brevetée, elle décide de commander une recherche assistée dans la littérature brevets.

Jennifer West est parvenue à ses fins : l’invention est brevetable. Photo: IPI
Jennifer West est parvenue à ses fins : l’invention est brevetable. Photo: IPI

L’enthousiasme de Jennifer West est palpable, lorsque, contactée par téléphone, elle parle de développement d’idées ou de design de produits. Entre deux rendez-vous, elle raconte qu’elle a toujours été curieuse et que dès son plus jeune âge elle faisait des recherches sur à peu près tout. « De toute évidence, je suis une créatrice d’idées », affirme-t-elle. Et c’est un talent qu’elle exploite dans le cadre de sa profession puisqu’elle travaille auprès de l’entreprise Sedax AG à Uster, qui soutient les start-up, les PME et les multinationales dans la réalisation de leurs idées de produits.

  

La recherche assistée dans la littérature brevets

Son tour est enfin arrivé de développer son propre produit. Des années après le moment Eurêka, il lui faut, pour poursuivre son projet, tirer au clair si l’invention est nouvelle et si elle est brevetable. Grâce à une recherche assistée dans la littérature brevets auprès de l’Institut Fédéral de la Propriété Intellectuelle, la constructrice et dessinatrice industrielle a obtenu des réponses à ces questions (voir encadré).

 

Elle ne peut cependant pas nous dire en quoi consiste son invention étant donné qu’elle n’a pas encore été brevetée. Mais nous savons qu’il s’agit d’un produit destiné aux femmes. « Durant mes études, j’ai toujours mis un point d’honneur à développer des produits pour les femmes », se souvient-elle. L’idée en question lui est venue car elle n’était pas satisfaite des solutions existantes. Elle n’est certainement pas la seule à privilégier ce type d’approche.

  

« J’adopte toujours une attitude critique vis-à-vis d'un produit. »

Inventivité et créativité caractérisent Jennifer West depuis toujours. Enfant déjà, elle était curieuse et avide de connaissances. Et aucun objet de la maison n’échappait à son analyse. Elle nous explique : « J’ai tendance à questionner la fonction et la forme extérieure d'un produit. La fonctionnalité et l’ergonomie sont des facteurs déterminants; la forme doit être au service de la fonction. Dans l’idéal, un produit devrait inspirer confiance et susciter des émotions. » Elle ajoute qu’on reconnaît la qualité d’un design industriel à sa finesse, de sorte qu’on le remarque à peine.

 

Après la recherche en brevets, elle a immédiatement appelé ses parents pour leur annoncer que son invention était brevetable. Avec l'aide d'un conseil en brevets, elle planifie les prochaines étapes. Elle fondera une société et le brevet sera déposé au nom de cette dernière. Elle cherche actuellement un partenaire disposé à intégrer le produit dans son assortiment. « Il n’est pas nécessaire que mon nom figure sur le produit. Ce qui compte c’est l’utilité pour le consommateur. En générant des idées, mon but est d’aider d’autres personnes », affirme-t-elle.

  
  

Mon expérience avec la recherche assistée dans la littérature brevets

La recherche assistée dans la littérature brevets de l’Institut Fédéral de la Propriété Intellectuelle permet d’obtenir un premier aperçu de l’état de la technique dans le secteur technologique souhaité. Les clients peuvent évaluer si leur idée ou invention est nouvelle et s’il vaut la peine de déposer une demande de brevet. « La recherche m’a également permis de me faire une idée des produits existants, ce qui a confirmé que mon invention recèle un potentiel de marché », déclare Jennifer West.

 

Avec l'aide d’un expert en brevets, elle a eu la possibilité d’examiner son invention à la loupe et d’effectuer des recherches dans les bases de données brevets. Affinée en permanence, la recherche se resserre progressivement. « C’était passionnant de voir que peu à peu on se rapprochait de la réponse », raconte l’inventrice. Elle espérait bien entendu que l’expert ne trouve aucun brevet qui compromette son invention.

 

À un moment donné de la recherche, qui dure une demi-journée, Jennifer West a eu une petite frayeur craignant pour la nouveauté de son invention. « Nous avons trouvé divers documents de brevets portant sur le même problème, mais qui heureusement apportaient une solution technique différente », raconte-t-elle. Bilan après quatre heures : son invention est brevetable.

retour

Partager